ERPI

Nuestras tesis

Thèses pour le changement

1. Le compromis fondamental du révolutionnaire est son compromis avec le peuple. Aucun autre, ni personnel ni de groupe, n´est au-dessus de lui.
 
2. La révolution a un sens dans la mesure où elle permet la construction du pouvoir populaire, à partir de maintenant, à partir de la base, sous tous ses aspects et jusqu´aux dernières conséquenses.
 
3. Jusqu´à maintenant, nous nous sommes préoccupés de construire l´armée du parti. C´est maintenant le moment de construire l´armée du peuple.
 
4. La liberté du peuple ne sera conquise par aucune supposée avant garde sinon par le peuple lui-même. C`est pourquoi nous ne prétendons pas être une avant garde qui marche devant les masses, mais prétendons plutôt marcher avec le peuple dans la lutte pour la liberté.
 
5. De la même façon que l`armée du peuple l`est seulement si elle est une armée de masses le parti du peuple le sera seulement s`il est un parti de masses. Efforçons-nous de construire le parti du peuple et non pas “le parti des révolutionnaires”, qui se considère comme étant au-dessus du peuple.
 
6. Le caractère politico militaire de l`organisation révolutionnaire peut conduire, et a conduit plusieurs fois, à prioriser la discipline de type militaire et à diminuer le poids de la démocratie dans la vie interne de l`organisation. C`est mainteant le moment de donner plus de poids à la démocratie.
 
7. La théorie révolutionnaire, d`arme pour la révolution, s`est convertie, dans plusieurs cas, en obstacle et même en arme contre la révolution, lorsque sa conception fut dogmatique. C`est le moment qu`elle récupère sa place et son sens original.
 
8. Les méthodes de travail, comme la théorie, ont tendance à prendre du retard face à la réalité et aujourd`hui, le retard est déjà trop grand. C`est le moment qu`elle reprenne le pas.
 
9. Les conjonctures sont des opportunités offertes par l`histoire aux révolutionnaires. Trop souvent, elles ont été gaspillées. Il ne suffit pas de se lamenter. L`expérience ainsi obtenue peut et doit être utilisée pour qu`à l`avenir ces erreurs ne se reproduisent pas.
 
10. Les principes de l`organisation appliqués à une lutte révolutionnaire doivent correspondre aux conditions concrètes. Lorsque ce n`est pas le cas, ils peuvent être inefficaces et se transformer en instruments de domination. Il est nécessaire de trouver les principes les plus adéquats avec nos conditions actuelles.
 
11. Si, en général, le processus révolutionnaire au Mexique requiert la combination de toutes les formes de lutte, en ce qui concerne l`aspect militaire, celui-ci requiert la combination de la guerre de caractère prolongée et de la lutte insurectionnelle.
 
12. Garantir la défense du peuple et, simultanément, l`avancement vers la construction du pouvoir populaire est la tactique à utiliser à l`étape actuelle. Pour cette raison, l`autodéfense, l`accumulation de forces ainsi que la préparation en vue des efforts insurectionnels doivent être combinés.
 
13. Diverses expériences nous enseignent qu`il existe des perspectives de triomphe de la lutte révolutionnaire dans la mesure où elle réussit à combiner la force politique des masses à la force militaire d`une armée populaire. L`union de ces deux forces s`obtient à travers de la formation d`une armée de masses dont l`expression maximale est le peuple en armes. C`est le moment d`entreprendre sa construction.
 
14. L`activité politique des forces qui luttent pour le changement ne doit pas être subordonnée aux nécessités conjoncturelles, elle doit plutôt être sujette à une planification stratégique. Par contre la planification ne doit pas nous amener à l`inactivité ou à ne pas répondre aux nécessités concrètes et immédiates de la population.
 
15. Au cours de différentes expériences, diverses forces sont parties de la conception qu`elles sont les seules, qu`elles sont hégémoniques ou encore les plus fortes sous certains aspects, pour finalement se rendre compte que lors des moments décisifs, elles sont restées des forces marginales. Une bonne partie de leur rôle limité s`explique par leur conception hégémonique. Le fait de garder ces conceptions n`implique pas seulement l`isolement de ses propores forces, sinon que cela contribue à l`affaiblissement de l`ensemble. Il est nécessaire d`abandonner ces conceptions.
 
16. L`autodéfense est un droit légitime du peuple qui doit s`exercer contre les agressions constantes dont il est l`objet. Il est nécessaire, pour autant, de l`exercer de façon permanente. Auncun argument contre le fait de l`exercer n`est valide. Aucune agression contre le peuple ne doit rester impunie.
 
17. L`homogénéité à l`intérieur des forces révolutionnaires a été pendant longtemps une aspiration générale, mais la pratique a démontré que cela n`a pas été possible. Il est nécessaire de reconnaître que dans la situation actuelle, ce ne l`est pas non plus. Pour cette raison, au lieu de la chercher, nous devons commencer à accepter et promouvoir l`unité dans la diversité.
 
18. On affirme que la vérité est révolutionnaire. Le devoir du révolutionnaire est de dire la vérité et cependant, il est très facile que la vérité soit la grande absente de la vie interne d`une organisation révolutionnaire et de sa relation avec les autres forces révolutionnaires et la société. C`est le moment de laisser derrière la “raison de parti” qui tente de justifier le mensonge. La vérité doit être réellement le principe de base des relations des révolutionnaires.
 
19. Toutes les forces qui luttent pour le changement et plusieurs autres qui s`y opposent se définissent elles-mêmes comme étant démocratiques, même lorsque leurs conceptions et leur pratique diffèrent énormement, ce qui démontre que chacun comprends la démocratie d`une manière différente et l`appliquent pour autant qu`elle favorise leurs intérèts. C`est le moment d`appliquer la démocratie jusqu`à ses dernières conséquences, et ce, autant dans l`organisation qu`en dehors de celle-ci.
 
20. Trop souvent, les sources des conceptions révolutionnaires sont des idées préconçues, ce qui a conduit à un éloignement de plus en plus grand avec la réalité. La réalité doit récupérer son rôle comme source principale des conceptions révolutionnaires.
 
21. Souvent, reconnaissant leurs limites, plusieurs organisations révolutionnaires ont admis qu`à certains moments, elles ne se sont pas montré ou ne se montrent pas à la hauteur de la situation, considérant que cela signifie être prêt pour les grandes tâches générales de la révolution. Pour cette raison, elles admettent ne pas pouvoir les réaliser, mais en même temps, elles ne sont pas non plus à la hauteur des petites tâches, parce qu`elles se considèrent trop grandes face à elles. Finalement, elles ne se rendent pas compte que la révolution implique de grandes tâches, mais aussi de petites tâches et les unes comme les autres doivent être réalisées. C`est le moment d`être à la hauteur de la situation à tous les niveaux.
 
22. Dans le camps révolutionnaire, nous avons toujours accepté que le développement inégal et combiné est une loi qui se manifeste au niveau des phénomènes sociaux et cependant, nous n`avons pas toujours compris la façon dont cette loi se manifeste dans la pratique. On l`ignore autant dans les relations entre les organisations qu`à l`intérieur même de celles-ci, exigeant la même chose à des personnes de conditions inégales, on sous-estime les autres ou on exige l`homogénéité où il ne peut pas y en avoir. C`est le moment d`accepter, de comprendre et d`appliquer la loi du développement inégal et combiné.
 
23. Le fait de considérer que les relations entre les révolutionnaires doivent être fondamentalement politiques a mené, dans plusieurs cas, à la deshumanisation, à considérer les révolutionnaires comme des objets, à les transformer en machines, à les assujetir aux intérêts du parti. C`est le moment de récupérer les relations humaines entre les révolutionnaires et avec le peuple.
 
24. La liberté, la démocratie et la justice ne prennent tout leur sens que si on les obtient à la fois sur le terrain politique et économique. Nous devons savoir interpréter les aspirations du peuple sous ces deux aspects et lutter avec lui pour les obtenir.
 
25. La lutte politique à l`intérieur des organisations armées a souvent débouché en assassinat de dissidents, reposant sur les supposés arguments de traison ou de conspiration. Trop souvent, l`assassinat a été le moyen avec lequel on a prétendu résoudre les contradictions entre les organisations politiques. C`est le moment de renoncer définitivement à de telles méthodes.
 
26. Le désir de protéger les organisations et les dirigeants révolutionnaires du discrédit a amené à considérer le compromis d`occulter les attrocités commises par les unes ou les autres comme étant obligatoire. Le fait de s`y soumettre n`est pas faire preuve d`étique parce ces méthodes sont le propre des mafias et non pas des constructeurs de futur.
 
27. Sous le prétexte d`obéir aux ordres, des actions contraire à l`étique ont été commises, ou invoquant le poids des circonstances, on a ordonnné de les commettre et on a essayé d`éviter que de telles actions ou que de tels ordres soient punis comme des crimes et qu`ils soient soumis à l`examen des militants et du peuple promouvant, avec ces autojustifications, l`impunité. Nous devons reconnaître qu`il n`est pas étique d`obéir à des ordres criminels, que de les donner est criminel et que pour autant, les combattants ont le droit et le devoir moral de refuser d`y obéir.

Mexique, juin 1999

 

 

Introducciòn | Documentos | El Paliacate | Contàctanos |

E.R.P.I. 2006 La informaciòn aqui publicada es de libre distribucion, siempre y cuando la fuente sea citada.